Reasons for Judgment re admissibility into evidence of Father Jacques Faucher interview (English google translation with original French text attached)

Share Button

[This is a google translation of the judge’s Reasons for Judgment that a detective’s interview of Father Jacques Faucher can be entered into evidence at trial. The translation, as you can see, as with most google translations, is very poor, but it does give us the gist of ruling. Please feel free to post accurate translations for various paras.

Scroll down for the original French text]

R. c. Faucher, 2016 ONCS 1987 (CanLII)
Date : 2016-03-22
Dossier : 13-SA5027
another quote: 2016 CSON / ONCS 1987
Référence : R. c. Faucher, 2016 ONCS 1987 (CanLII), <http://canlii.ca/t/gnzcb>, consulté le 2016-03-31
RÉFÉRENCE : R. c. Faucher, 2016 ONCS 1987

NUMÉRO DE DOSSIER DU GREFFE : 13-SA5027

DATE : 2016/03/22

Ontario Superior Court of Justice

Her Majesty the Queen

– and –

JACQUES FAUCHER

defendant

John Ramsey, for the Crown

Denis Cadieux, for defence

)

21 March 2016

Heard : 12 February 2016 Ottawa

REASONS FOR JUDGMENT
Judge Roger (orally)

[1] The defendant contests the voluntariness of his statement to police February 13, 2013.

[2] The accused is charged with seven counts of gross indecency and seven counts of indecent assault of another male person for the actions between June 17 1969 and 1 January 1974 against five boys.

[3] In 1998, one of the boys, P.M., filed a complaint against the accused to the church. The accused was then involved in the investigation conducted by the church.

[4] In 2012, the Ottawa police received a complaint of P.M.

[5] Detective Flocco was assigned to the case in November 2012.

[6] He was later interviewed P.M. and received an email detective M.D.

[7] He later received another email detective M.D., confirming the history of the latter. On 12 December 2012, he interviewed E. M., mother of P. M. and R. M. He interviewed R.M. by December. He subsequently obtained an order and the bishopric of records relating to the accused, in January 2013. On December 28 he interviewed A. B.

[8] against-examination, the detective said when Flocco December 2012 R. M. and A. B. were witnesses and not complainants since Flocco detective at that time, was not receiving sexual aspect of their interactions with the accused.

[9] He contacted six choirboys and confirmed with them, that they had not had bad experiences with the accused.

[10] He also contacted another child at the time, P.F. Monsieur F.. recounted an incident but was not interested in making a complaint.

[11] against-examination, Detective Flocco said he was trying to corroborate the story P.M. and also to see if there were other boys with similar complaints.

[12] Thus, February 12, 2013 at 11 am, Detective Flocco contacted the accused by phone. He told him he was investigating the case, he was a suspect and that he would meet him. They agreed to a meeting the next day at the police station, on February 13, 2013 to 10 h 30.

[13] The interview began at 10 h 51 and lasted more than three hours.

[14] The accused claims that his statement was not voluntary as it was not informed promptly of the reasons for his arrest or detention. He argues for this purpose at the beginning, when he was arrested for sexual assault, he was not informed of the reasons for his arrest:

1. Let the investigation from the beginning, would cover more than a complainant and then it should have been notified of the names of all complainants.
2. Otherwise, if the survey covered only P.M., he should have been clearly advised of his rights at the time the survey included other children.

[15] He argues that the risk is not the same for one or more than one victim.

[16] He argues that the additional warning given after admission as to R.M. was not enough.

[17] It therefore argues that the court could either exclude the statement or exclude the following section on page 53.

[18] The Crown argues that the statements of the accused of the February 13, 2013 were voluntary.

[19] The burden is on the Crown to prove the voluntary aspect of beyond a reasonable doubt return.

[20] The initial judgment on the issue of voluntariness of a statement is R. v. Oickle, 2000 SCC 38 (CanLII), [2000] 2 SCR 3 [Oickle].

[21] It follows that Oickle of admission must be made voluntarily, without fear of prejudice or hope of advantage. All circumstances must be reviewed to determine whether the statement was voluntary.

[22] Oickle indicates that a contextual approach is required to assess the voluntariness of the confession.

[23] The court must look at all the circumstances of the confession and whether they raise a reasonable doubt as to the voluntariness of the confession.

[24] A confession will not be admissible if it was made in circumstances that raise a reasonable doubt as to voluntariness.

[25] The confession should be excluded if the police deception shocks the community. It is the extreme where the accused is subject to unacceptable conditions where intolerable.

[26] At the other extreme, a statement will not be eligible if the circumstances raise a reasonable doubt on its voluntariness.

[27] This is because a major concern of the criminal justice system is the fear that an innocent person be convicted.

[28] As noted, the trial judge must, in making its decision on the voluntary aspect, consider all the circumstances in which the confession was made and, as Oickle indicates, this includes: i. threats or promises; ii. a climate of oppression or unpleasant conditions; iii. a conscious state of mind – the accused must be aware that talking to the police and they can use it against him; iv. any other police cunning and any other relevant circumstances in the statement.

[29] Based on the arguments of Mr. Faucher, the right to remain silent, an important stop to consider is R. v. Singh, 2007 SCC 48 (CanLII), [2007] 3 SCR 405. The analysis What is Justice Charron on the relationship between the rights guaranteed by the Charter R. v. Hebert, 1990 CanLII 118 (SCC), [1990] 2 SCR 151et the voluntary confessions rule is always useful and relevant.

[30] As explained by Justice Charron (R. v. Singh, para. 34), the confessions rule and the constitutional right to remain silent are manifestations of the principle against self-incrimination, and the right silence existed since before the Charter.

[31] The notion of voluntariness is generally long and includes the common law principle that no one is required to give information to the police or answer questions.

[32] Charron J. noted that in Oickle, the Supreme Court expressly mentioned analysis Hebert and adopted this large and modern interpretation of the confessions rule, which includes the right of the detainee to make a meaningful choice as to whether or not she will talk to the police.

[33] It notes that Iacobucci J. then considered the various elements of the rule of contemporary denominations, stressing that “[t] he application of the rule is of necessity contextual” and must take into account ” all relevant factors “.

[34] She noted in paragraph 37:

To decide on the voluntary, in the sense we understand it today, the court must consider whether the accused was deprived of his right to remain silent. The definition of the right to silence is consistent with constitutional principles. Therefore, a conclusion to the existence of the voluntary nature will be determinative of the question of art. 7. In other words, if the Crown proves voluntariness beyond a reasonable doubt, it will be impossible to find a violation of the right to silence guaranteed by the Charter regarding the same declaration. The reverse is also true. In cases where an accused can prove on a balance of probabilities, that a violation of his right to remain silent, the Crown will not be able to meet the test of voluntariness.

[35] So I noticed that reflect all relevant factors and a contextual approach in the analysis of the voluntary nature of a declaration necessarily also includes that the rights protected by Articles 10 (a) and (b) of the Charter. This is what qu’argumente the accused and I agree.

[36] Indeed, the right to be informed of the reasons for his arrest or detention and the right without delay to a lawyer and to be informed of that right are part of the context to assess whether the defendant was able to make an informed choice between keeping or not silence.

[37] The rule in Oickle reinforces the right to remain silent because the voluntary nature must be established beyond a reasonable doubt, which includes the right to silence and the rights to articles 10 (a) and (b) Charter.
Analysis

[38] It is argued that the accused was subjected to oppressive conditions and clearly this is not the case here. As stated by counsel for the accused, Flocco detective was polite during the interview with the accused. There is no question of unacceptable or intolerable conditions.

[39] There is no evidence of threats or promises, no evidence of a climate of oppression or other police trickery.

[40] It is also clear that the accused had an operating mind. He knew he was with the police, for example, on pages 40-41 of the statement to the police.

[41] This brings us to the context and assessment of all other relevant circumstances, and therefore the arguments of the accused that the statement was not voluntary, because it was not properly informed of the reasons for his arrest or his detention and of his right to counsel.

[42] It is accepted that the accused was in custody.

[43] With respect to Article 10 (a) of the Charter, it is well established since R. v. Evans, [1991] 1 SCR 869, 1991 CanLII 98 (SCC), 1991 CanLII 98 that it is the substance of what we can reasonably assume that the appellant understood is decisive rather than the formalism of the precise words used .

[44] There is no violation of Article 10 (a) if the inmate know why he was arrested and grasped the extent of his jeopardy.

[45] As noted by the Supreme Court in R. v. Evans, at paragraph 35:
It is therefore whether what was said to the accused, viewed reasonably in all the circumstances of the case, was sufficient to enable it to take a reasoned decision to refuse to submit to arrest or, alternatively, to infringe his right to the assistance of a lawyer under paragraph 10 (b).

[46] In that case, Mr. Faucher was contacted on February 12 for an appointment the next day. Detective Flocco detective told him he was investigated for sexual assault and he was a suspect.

[47] The analysis is objective, but the individual characteristics of the accused and the knowledge of the person arrested are relevant factors.

[48] Mr. Faucher knew he was going to the interview to questions about sexual assault. He knew since 1998 that PM had made a complaint to the church and that PM had settled the complaint with the church for a monetary sum.

[49] Mr. Faucher has had time to think about this from February 12 to 13, and it refers to this in the interview.

[50] Mr. Faucher is an intelligent man; the interview clearly demonstrates. The interview also shows that he is alert and aware.

[51] At the beginning of the interview, the officer said, “we are here to sexual abuse allegations that the allegations are against you and so now you are arrested for sexual assault. ”

[52] He was then informed of his right to counsel, he is not obliged to say anything unless he wishes, but if desired it can be used as evidence .

[53] Mr. Faucher should reasonably have known that the substance of the risk was being accused of sexual assault. It is also reasonable to assume that Mr. Faucher could understand the basis of the investigation, that it dated back to his time priest in this parish where lived P.M.

[54] The fact that at times the officer uses the singular is not material since it did not, or would not, have any impact on the understanding of Mr. Faucher risk.

[55] The historical context makes that the charges carry a different name (indecent assault and gross indecency), but the magnitude of the risk is the same.

[56] Although the formal words are different, sexual assault is actually a more descriptive term. More severity and pain are certainly comparable in risk analysis.

[57] The detective asked if he wants to talk to a lawyer and he replied, “not now.”

[58] The detective asked if he understands and he says: “Yes, so I am free to answer, I think,” and the detective responds, “or not to answer it is to you.”

[59] In my view, Mr. Faucher was to know the extent of the risk he would run if he would speak to the police. I am convinced beyond a reasonable doubt.

[60] Mr. Faucher was clearly informed of his right to retain a lawyer. He said “not right now, no.” He knew enough the nature of the risk to contact a lawyer since any lawyer would have said he was arrested for sexual assault and have received relevant advice since he knew that the relevant period was that of PM, or one where he was parish priest in this parish. The police beyond a reasonable doubt met this obligation.

[61] I am the analysis within the voluntary, in my consideration of the entire context, and in my opinion, the Crown has proved beyond a reasonable doubt. So we realize that if the analysis was made in the context of an analysis of the Charter, the accused could not demonstrate a violation of articles 7, 10 (a) or (b) of the Charter according to a balance of probabilities.

[62] The first part of the statement until page 53 is eligible.

[63] With respect to the second part, the defendant claims that it should be excluded because the warning was not enough. I do not agree.

[64] Detective Flocco detective was cautious. He perceived a change and after consulting with his colleagues he again warned Mr. Faucher of his right to counsel and his right to silence. His explanations were simple, but clear – see page 53 of the statement to the police.

[65] Mr. Faucher says he understands and continues the conversation.

[66] There was no change at this time of risk, but since he spoke of R.M. instead P.M., the approach is prudent, given the remarks of the Supreme Court in R. v. Sinclair, 2010 SCC 35 (CanLII), [2010] 2 SCR 310.

[67] In my opinion there was no change in circumstances that indicate that the choice of the accused has changed considerably. The investigation still dealing with sexual assault and risk of the accused has not changed. He told a lawyer the same or sexual assault.

[68] So, in my opinion, Detective Flocco acted with caution and warnings on page 53 of the statement to the police is sufficient, for the same reasons indicated above.

[69] The statement of the accused is admissible.

[70] I note that the high level of understanding of Mr. Faucher is apparent at several points during the interview, including pages 65 – where he indicates that Detective Focco  is a good investigator; -72 and 69 – where he asks about the process ahead. as seen on page 74 of the statement to the police that Flocco detective stopped the interview as soon as Mr. Faucher want a lawyer.

…………………………………………………………..

R. c. Faucher, 2016 ONCS 1987 (CanLII)
Date : 2016-03-22
Dossier : 13-SA5027
Autre citation : 2016 CSON / ONCS 1987
Référence : R. c. Faucher, 2016 ONCS 1987 (CanLII), <http://canlii.ca/t/gnzcb>, consulté le 2016-03-31

Cité par 0 documents

PDF

RÉFÉRENCE : R. c. Faucher, 2016 ONCS 1987

NUMÉRO DE DOSSIER DU GREFFE : 13-SA5027

DATE : 2016/03/22

COUR SUPÉRIEURE DE JUSTICE

DE L’ONTARIO

ENTRE :

))

SA MAJESTÉ LA REINE

– et –

JACQUES FAUCHER

défendeur

)))))))) ))

John Ramsey, pour la Couronne

Denis Cadieux, pour défendeur

)

ENTENDU LE : 12 février 2016 à Ottawa

MOTIFS DU JUGEMENT

Le juge roger (oralement)

[1] L’accusé conteste l’aspect volontaire de sa déclaration faite aux policiers le 13 février 2013.

[2] L’accusé est accusé de sept chefs d’accusation pour acte de grossière indécence et de sept chefs d’accusation pour attentat à la pudeur d’une autre personne du sexe masculin pour des agissements entre le 17 juin 1969 et le 1er janvier 1974, à l’encontre de cinq garçons.

[3] En 1998, l’un des garçons, P.M., a porté plainte à l’encontre de l’accusé auprès de l’église. L’accusé a alors été impliqué dans l’enquête menée par l’église.

[4] En 2012, la police d’Ottawa a reçu une plainte de P.M.

[5] Le détective Flocco a été assigné au dossier en novembre 2012.

[6] Il a par la suite interviewé P.M. et a reçu un courriel du détective M.D.

[7] Il a plus tard reçu un autre courriel du détective M.D., confirmant l’histoire de ce dernier. Le 12 décembre 2012, il a interviewé E.M., la mère de P.M. et R.M. Il a interviewé R.M. plus tard en décembre. Il a par la suite obtenu une ordonnance et le dossier de l’évêché ayant trait à l’accusé, en janvier 2013. Le 28 décembre il a interviewé A.B.

[8] En contre‑interrogatoire, le détective Flocco a indiqué quand décembre 2012 R.M. et A.B. étaient des témoins et non des plaignants puisque le détective Flocco, à ce moment, ne percevait pas d’aspect sexuel à leurs interactions avec l’accusé.

[9] Il a contacté six autres enfants de chœur et confirmé, avec ces derniers, que ceux‑ci n’avaient pas eu de mauvaises expériences avec l’accusé.

[10] Il a aussi communiqué avec un autre enfant, à l’époque, P.F. Monsieur F. a relaté un incident, mais n’était pas intéressé à faire une plainte.

[11] En contre‑interrogatoire, le détective Flocco a indiqué qu’il tentait de corroborer l’histoire de P.M. et aussi de voir s’il existait d’autres garçons avec des plaintes semblables.

[12] C’est ainsi que le 12 février 2013 à 11 heures, le détective Flocco a contacté l’accusé par téléphone. Il lui a dit qu’il faisait enquête dans cette affaire, qu’il était un suspect et qu’il aimerait le rencontrer. Ils ont convenu une rencontre pour le lendemain au poste de police, soit le 13 février 2013 à 10 h 30.

[13] L’entrevue a commencé à 10 h 51 et a duré plus de trois heures et demie.

[14] L’accusé prétend que sa déclaration n’était pas volontaire puisqu’il n’a pas été informé dans les plus brefs délais des motifs de son arrestation ou de sa détention. Il argumente à cet effet qu’au début, quand il a été arrêté pour l’agression sexuelle, qu’il n’a pas été informé des motifs de son arrestation:

1. Soit que l’enquête, du début, porterait sur plus qu’un plaignant et alors il aurait dû être avisé du nom de tous les plaignants.

2. Autrement, si l’enquête portait seulement sur P.M., il aurait dû être avisé clairement de ses droits au moment où l’enquête a porté sur d’autres enfants.

[15] Il argumente que le risque n’est pas le même pour un ou pour plus d’une victime.

[16] Il argumente que l’avertissement supplémentaire donné suite à l’admission quant à R.M. n’était pas suffisant.

[17] Il argumente donc que le tribunal pourrait soit exclure toute la déclaration, soit exclure la partie suite à la page 53.

[18] La Couronne argumente que les déclarations de l’accusé du 13 février 2013 étaient volontaires.

[19] Le fardeau est sur la Couronne de démontrer l’aspect volontaire de la déclaration hors de tout doute raisonnable.

[20] L’arrêt de départ sur la question de l’aspect volontaire d’une déclaration est l’arrêt R. c. Oickle, 2000 CSC 38 (CanLII), [2000] 2 RCS 3 [Oickle].

[21] Il découle d’Oickle qu’une admission doit être faite volontairement, sans crainte de préjudice ou espoir d’avantage. Toutes les circonstances doivent être revues pour déterminer si la déclaration a été volontaire.

[22] Oickle indique qu’une approche contextuelle est requise pour évaluer le caractère volontaire de la confession.

[23] Le tribunal doit regarder toutes les circonstances de la confession et déterminer si elles soulèvent un doute raisonnable quant au caractère volontaire de la confession.

[24] Une confession ne sera pas jugée admissible si elle a été faite dans des circonstances qui soulèvent un doute raisonnable quant à son caractère volontaire.

[25] La confession doit être écartée si le subterfuge des policiers choque la collectivité. C’est l’extrême où l’accusé est sujet à des conditions inacceptables où intolérables.

[26] À l’autre extrême, une déclaration ne sera pas admissible si les circonstances soulèvent un doute raisonnable sur son caractère volontaire.

[27] Il en est ainsi, car une préoccupation dominante du système de justice pénale est la crainte qu’une personne innocente soit déclarée coupable.

[28] Tel qu’indiqué, le juge du procès doit, lorsqu’il rend sa décision sur l’aspect volontaire, tenir compte de toutes les circonstances dans lesquelles la confession a été faite et, comme l’indique Oickle, ceci comprend:

i. des menaces ou promesses;

ii. un climat d’oppression ou des conditions désagréables;

iii. un état d’esprit conscient – l’accusé doit avoir conscience qu’il parle à des policiers et qu’ils peuvent l’utiliser contre lui;

iv. toute autre ruse policière et toute autre circonstance pertinente à la déclaration.

[29] Compte tenu des arguments de Monsieur Faucher, sur le droit de garder le silence, un arrêt important à considérer est l’arrêt R. c. Singh, 2007 CSC 48 (CanLII), [2007] 3 RCS 405. L’analyse qu’y fait la juge Charron sur la relation entre les droits garantis par la Charte, l’arrêt R. c. Hebert, 1990 CanLII 118 (CSC), [1990] 2 RCS 151et la règle des confessions volontaires est toujours utile et pertinente.

[30] Comme l’explique la juge Charron (R. c. Singh, para. 34), la règle des confessions et le droit constitutionnel de garder le silence sont des manifestations du principe interdisant l’auto‑incrimination, et le droit de garder le silence existe depuis avant la Charte.

[31] La notion du caractère volontaire est générale et englobe depuis longtemps le principe de common law voulant que nul ne soit tenu de donner des renseignements à la police ou de répondre à ses questions.

[32] La juge Charron note que dans l’arrêt Oickle, la Cour suprême a mentionné expressément l’analyse de l’arrêt Hebert et a adopté cette interprétation large et moderne de la règle des confessions, qui inclut le droit de la personne détenue de faire un choix utile quant à savoir si elle parlera ou non aux policiers.

[33] Elle note que le juge Iacobucci a alors examiné les divers éléments de la règle des confessions contemporaine, en soulignant que « [l]’application de la règle est, par nécessité, contextuelle » et qu’il faut tenir compte de « tous les facteurs pertinents ».

[34] Elle remarque au paragraphe 37:

Pour se prononcer sur le caractère volontaire, au sens où on l’entend de nos jours, le tribunal doit donc examiner si l’accusé a été privé de son droit de garder le silence. La définition du droit de garder le silence est conforme aux principes constitutionnels. Par conséquent, une conclusion à l’existence du caractère volontaire sera déterminante quant à la question relative à l’art. 7. Autrement dit, si le ministère public établit le caractère volontaire hors de tout doute raisonnable, il sera alors impossible de conclure à une violation du droit de garder le silence garanti par la Charte en ce qui concerne la même déclaration. L’inverse est également vrai. Dans le cas où un accusé peut prouver, selon la prépondérance des probabilités, qu’il y a eu violation de son droit de garder le silence, le ministère public ne sera pas en mesure de satisfaire au critère du caractère volontaire.

[35] Je remarque donc que de tenir compte de tous les facteurs pertinents et d’adopter une approche contextuelle dans l’analyse de l’aspect volontaire d’une déclaration inclut forcément aussi de considérer les droits protégés par les articles 10(a) et (b) de la Charte. C’est ce qu’argumente l’accusé et je suis d’accord.

[36] En effet, le droit d’être informé des motifs de son arrestation ou de sa détention et le droit d’avoir recours sans délai à l’assistance d’un avocat et d’être informé de ce droit font partie du contexte à évaluer à savoir si l’accusé a pu faire un choix éclairé entre garder ou non le silence.

[37] La règle dans Oickle renforce donc le droit de garder le silence puisque le caractère volontaire doit être établi hors de tout doute raisonnable, ce qui englobe le droit au silence et les droits aux articles 10(a) et (b) de la Charte.
Analyse

[38] Il n’est pas argumenté que l’accusé a été soumis à des conditions oppressives et clairement ce n’est pas le cas ici. Comme l’a indiqué l’avocat de l’accusé, le détective Flocco a été poli durant l’entretien avec l’accusé. Il n’est pas question de conditions inacceptables ou intolérables.

[39] Il n’y a pas non plus de preuve de menaces ou de promesses, pas de preuve d’un climat d’oppression ou d’autre ruse policière.

[40] Il est aussi évident que l’accusé avait un état d’esprit conscient. Il savait qu’il était avec des policiers, par exemple, aux pages 40 – 41 de la déclaration aux policiers.

[41] Ceci nous apporte au contexte et à l’évaluation de toute autre circonstance pertinente et donc aux arguments de l’accusé que la déclaration n’était pas volontaire, car il n’a pas été informé correctement des motifs de son arrestation ou de sa détention, et de son droit à l’avocat.

[42] Il est admis que l’accusé était en détention.

[43] En ce qui a trait à l’article 10(a) de la Charte, il est bien établi depuis l’affaire R. c. Evans, [1991] 1 RCS 869, 1991 CanLII 98 (CSC), 1991 CanLII 98 que c’est la substance de ce qu’on peut raisonnablement supposer que l’appelant a compris qui est déterminante plutôt que le formalisme des mots exacts utilisés.

[44] Il n’y a pas de violation de l’article 10(a) si le détenu savait pourquoi il était appréhendé et saisissait l’ampleur du risque qu’il courait.

[45] Comme l’indique la Cour suprême dans R. c. Evans, au paragraphe 35:

Il s’agit donc de savoir si ce qui a été dit à l’accusé, considéré raisonnablement en fonction de toutes les circonstances de l’affaire, était suffisant pour lui permettre de prendre une décision raisonnée de refuser de se soumettre à l’arrestation ou, subsidiairement, pour porter atteinte à son droit à l’assistance d’un avocat prévu à l’alinéa 10 (b).

[46] Dans cette affaire, Monsieur Faucher a été contacté le 12 février pour un rendez‑vous le lendemain. Le détective Flocco lui a dit qu’il faisait une enquête pour agression sexuelle et qu’il était un suspect.

[47] L’analyse est de nature objective, mais les caractéristiques individuelles de l’accusé et la connaissance de la personne arrêtée sont des facteurs pertinents.

[48] Monsieur Faucher savait qu’il se rendait à cette entrevue pour des questions quant à une agression sexuelle. Il savait depuis 1998 que P.M. avait fait une plainte à l’église et que P.M. avait réglé cette plainte avec l’église pour une somme monétaire.

[49] Monsieur Faucher a eu le temps de réfléchir à ceci du 12 au 13 février et il fait référence à ceci lors de l’entrevue.

[50] Monsieur Faucher est un homme intelligent; l’entrevue le démontre clairement. L’entrevue démontre aussi qu’il est alerte et au courant.

[51] Au début de l’entrevue, le policier lui dit « nous sommes ici pour allégations d’agressions sexuelles que les allégations faites sont contre vous et alors maintenant vous êtes arrêté pour l’agression sexuelle. »

[52] Il est ensuite informé de son droit de consulter un avocat, qu’il n’est pas obligé de dire quoi que ce soit à moins qu’il ne le désire, mais que s’il le désire ça pourra servir comme preuve.

[53] Monsieur Faucher aurait dû raisonnablement savoir que la substance de son risque était d’être accusé d’agression sexuelle. On peut aussi raisonnablement supposer que Monsieur Faucher pouvait comprendre le fondement de l’enquête, que ceci remontait à son temps de prêtre dans cette paroisse où habitait P.M.

[54] Le fait qu’à certains moments le policier utilise le singulier n’est pas matériel puisque ça n’a pas, ou n’aurait pas, eu d’effet sur la compréhension de Monsieur Faucher du risque.

[55] Le contexte historique fait en sorte que les accusations portent un autre nom (attentat à la pudeur et grossière indécence), mais l’ampleur du risque est le même.

[56] Malgré que le formaliste des mots soit différent, agression sexuelle est en fait un terme plus descriptif. De plus la gravité et la peine sont certainement comparables quant à l’analyse du risque.

[57] Le détective lui demande s’il veut parler à un avocat et il répond, « pas tout de suite ».

[58] Le détective lui demande s’il comprend et il indique: « Oui, alors je suis libre de répondre, je pense », et le détective répond: « ou de ne pas répondre c’est à vous ».

[59] À mon avis, Monsieur Faucher devait connaitre l’ampleur du risque qu’il courrait s’il acceptait de parler aux policiers. J’en suis convaincu hors de tout doute raisonnable.

[60] Monsieur Faucher a été clairement informé de son droit d’avoir recours à un avocat. Il a répondu « pas tout de suite, non ». Il connaissait suffisamment la nature du risque pour communiquer avec un avocat puisqu’il aurait dit à tout avocat qu’il était arrêté pour agression sexuelle et aurait reçu des conseils pertinents puisqu’il savait que la période pertinente était celle de P.M., soit celle où il était curé dans cette paroisse. Les policiers ont hors de tout doute raisonnable rencontré cette obligation.

[61] Je fais l’analyse à l’intérieur du caractère volontaire, dans ma considération de tout le contexte, et à mon avis, la Couronne l’a prouvé hors de tout doute raisonnable. On réalise donc que si l’analyse était faite dans le contexte d’une analyse de la Charte, l’accusé ne pourrait pas faire la preuve d’une violation des articles 7, 10(a) ou (b) de la Charte selon une prépondérance des probabilités.

[62] La première partie de la déclaration jusqu’à la page 53 est donc admissible.

[63] En ce qui a trait à la seconde partie, l’accusé prétend qu’elle doit être exclue, car l’avertissement n’était pas suffisant. Je ne suis pas d’accord.

[64] Le détective Flocco a été prudent. Il a perçu un changement et après avoir consulté avec ses collègues il a averti à nouveau Monsieur Faucher de son droit à un avocat et de son droit au silence. Ses explications étaient simples, mais claires – voir la page 53 de la déclaration aux policiers.

[65] Monsieur Faucher indique qu’il comprend et continue la conversation.

[66] Il n’y avait pas à ce moment de changement de risque, mais puisqu’il parlait de R.M. plutôt que P.M., l’approche est prudente, compte tenu des propos de la Cour Suprême dans R. c. Sinclair, 2010 CSC 35 (CanLII), [2010] 2 RCS 310.

[67] À mon avis il n’y avait pas de changement de circonstances tendant à indiquer que le choix de l’accusé a considérablement changé. L’enquête traitait toujours d’agression sexuelle et le risque à l’accusé n’a pas changé. Il aurait dit à un avocat la même chose, soit agression sexuelle.

[68] Donc, à mon avis, le détective Flocco a agi avec prudence et les avertissements à la page 53 de la déclaration aux policiers sont suffisants, pour les mêmes raisons qu’indiqué ci-haut.

[69] La déclaration de l’accusé est donc admissible.

[70] Je remarque que le niveau élevé de compréhension de Monsieur Faucher est apparent à plusieurs endroits lors de l’entrevue, entre autres aux pages 65 – où il indique que le détective Focco est un bon enquêteur; et 69 -72 – où il pose des questions sur le processus à venir. On voit aussi à la page 74 de la déclaration aux policiers que le détective Flocco arrête l’entrevue aussitôt que Monsieur Faucher souhaite consulter un avocat.

Le juge Roger

Publiés le : 12 février 2016

RÉFÉRENCE : R. c. Faucher, 2016 ONCS 1987

NUMÉRO DE DOSSIER DU GREFFE : 13-SA5027

DATE : 2016/03/22

COUR SUPÉRIEURE DE JUSTICE

DE L’ONTARIO

ENTRE :

SA MAJESTÉ LA REINE

– et –

JACQUES FAUCHER

défendeur

MOTIFS DU JUGEMENT

Le juge P.E. Roger

Publiés le : 12 février 2016

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *